J’aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble

affiche modern odyssee
Modern Odyssée
1 mai 2017
Yalla – D’Eckmühl à Eckmühl
7 février 2019

J’aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble

Distribution

TOUT PUBLIC
THÉÂTRE / MUSIQUE
DURÉE : 60 MIN

Texte :
Claire Audhuy

Mise en scène :
Stéphane Titelein

Avec :
Antoine Chartier (piano)
Timothée Couteau (violoncelle)
Charlie Giezek (batterie)
Stéphane Titelein (chant)

Production :
Thomas Fontaine & Ambre Declercq



Production

PRODUCTION : COMPAGNIE FRNACHE CONNEXION


CE SPECTACLE EST CONÇU ET RÉALISÉ À L’ÉCOLE BUISSONNIERE DE MONTIGNY-EN-GOHELLE

COPRODUCTION : OSE ARTS ET DROIT DE CITE ET LE MÉTAPHONE 9-9BIS.
AVEC LE SOUTIEN DE LA REGION HAUT-DE-FRANCE, DU DEPARTEMENT DU PAS-DE-CALAIS, LA COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION D’HENIN-CARVIN, LA VILLE DE MAZINGARBE, LA VILLE DE COURRIERES, LA VILLE DE MONTIGNY-EN-GOHELLE, LA LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT DU PAS-DE-CALAIS ET DU CGET DU PAS-DE-CALAIS

J'aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble

Recueil de poèmes émouvants écrits après l'attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan.

Poèmes sur l'absence, le manque, la séparation brutale d'avec l'être aimé et la difficulté de faire son deuil. Dans ce qu’elle appelle ses « fragments », Claire Audhuy donne une voix au chagrin, à la douleur, à la blessure.

C’est en 2017 que l’auteure Claire Audhuy et le comédien Stéphane Titelein se sont rencontrés. Chacun abordant alors une nouvelle facette de leur travail, la poésie pour l’une, le théâtre musical pour l’autre. Le spectacle « J’aurais préféré que nous fassions obscurité ensemble » est donc un concert théâtre poésie. Stéphane Titelein s’est entouré de trois musiciens et de deux techniciens pour porter à la scène musicale ce poème, cette déclaration d’amour, cette longue et lente exploration du deuil et de la douleur d’une femme.

Claire Audhuy est une poète dramaturge ou une dramaturge poète. Son écriture invite à l’incarnation. Stéphane Titelein est un interprète passionné, c’est avec fougue qu’il prête corps et voix à ce personnage si fragile.


« Tu dois être très mort
pour qu’il y ait un tel silence
partout dans ma tête »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *